Actualité

Brighton – ou comment cette ville a volé mon cœur

Il faut l’admettre : les villes étrangères n’ont jamais eu de mal à me convaincre. Je suis une Italienne du sud qui visite chaque été depuis 17 ans, les mêmes belles côtes des Pouilles et de la Sicile, et je tombe immédiatement amoureuse de chaque nouvelle ville que je visite. Mais l’Angleterre ne figurait pas vraiment sur la liste des endroits que je voulais voir et pendant longtemps, je ne savais absolument rien de Brighton – cette ville, dont prétendument tant de Suisses sont tombés amoureux.

Je savais simplement que j’aimais « l’anglais british » et que, si je souhaitais parler un bon anglais, il était préférable d’aller l’apprendre au Royaume-Uni.

Seulement après un jour dans cette ville côtière exceptionnelle et ensoleillée, j’étais certaine d’avoir pris la bonne décision. Et tout au long de l’été, cette pensée revenait encore et toujours, du bonheur de passer l’été dans un nouvel endroit tout en se sentant chez soi. Lorsque je m’asseyais sur la plage après les cours, j’écoutais les yeux fermés le bruit des vagues, le cœur léger. Quand je me faufilais à travers les « lanes » étroites aux couleurs vives et découvrais encore un mois après, de nouvelles petites boutiques. Lorsque je commandais des scones and clotted cream lors d’Afternoon Tea avec des amis. Et puis, lorsque je devais résister à la tentation de rentrer à la maison le ventre plein, en rentrant dans cinq autres cafés, parce que tout avait toujours l’air si délicieux. Lorsque nous allions danser la nuit, n’importe quel soir de la semaine, et que nous rentrions au petit matin alors que les mouettes étaient déjà éveillées.

Brighton

Quand je pensais que la chaleur de l’été nous rendait un peu fous, et que nous éclations de rire sans raison valable. Lorsque les enseignants nous faisaient cours à l’extérieur, à l’ombre des arbres dans le parc en face du Collège. Lorsque nous faisions un barbecue sur la plage, que l’on y était encore dix heures après, parce qu’il faisait trop bon pour rentrer à la maison. Lorsque nous allions nous baigner au milieu de la nuit, et criions et riions très fort parce que l’eau était si froide.

Brighton m’a – nous – a offert un été incroyable. C’était l’été anglais le plus chaud depuis des années, le plus animé, le plus vibrant et coloré. C’est une ville pleine de contrastes. Une ville qui est difficile à mettre dans une case, tant elle a des choses à offrir pour tout le monde. Et même moi, qui tombe facilement amoureuse de chaque nouvelle ville, je suis sûre que cette fois, c’est du sérieux.

A propos de l’auteur

Je m’appelle Antonella, j’ai 20 ans, je suis italienne et étudiante en multimédia. J’ai fait un séjour linguistique à Brighton avec Boa Lingua et je suis tombée éperdument amoureuse de cette ville.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*