Breaking News

Apprendre le japonais très simplement

About the author

Je m’appelle Ronja Sakata, j’ai 38 ans et je suis partie pour la première fois au Japon il y a 15 ans. Comme mon nom de famille le trahit, je ne suis pas seulement tombée amoureuse du pays mais aussi d’un Japonais. Je suis passionnée par le pays du Soleil levant.

Le Japon est-il pour toi aussi une destination de rêve ? J’avais 12 ans quand j’ai décidé que j’irais un jour au Japon. Et aujourd’hui, mon nom de famille n’est plus Müller mais Sakata ; je parle couramment japonais et j’aime ce pays plus que jamais.

Pour mes études d’ingénieure en agroalimentaire, je devais faire un stage. Bien sûr, j’ai voulu aller au Japon. Par miracle, tout a bien fonctionné et j’ai obtenu un poste auprès de Kanebo Foods, dans un laboratoire de développement pour bonbons, chocolats, chewing-gums, glaces, soupes de nouilles instantanées et boissons instantanées. Ils ont eu la bonne idée de m’envoyer des catalogues de mots que je devais apprendre par cœur ! J’avais aussi l’obligation de venir travailler en tailleur. J’étais encore étudiante et je n’avais rien d’autre dans mon armoire que des jeans, des pulls à capuche et des baskets. Mais je voulais faire ce stage et donner la meilleure impression possible, alors pendant six mois, j’ai potassé mon japonais et j’ai acheté des tailleurs, des chemisiers et des chaussures correctes.

forêt de bambous Arashiyama à Kyoto
forêt de bambous Arashiyama à Kyoto

Aujourd’hui encore, je suis en contact avec ma famille d’accueil, qui était vraiment très sympathique. Grâce à elle, j’ai adoré mon semestre au Japon en 2001. Anglais ? No sorry. Ils n’en connaissaient pas un mot et j’ai dû apprendre très vite le japonais. Même dans l’entreprise où tout le monde avait pourtant un diplôme universitaire. Anglais ? No sorry :-). Tu sais à quelle vitesse tu apprends une langue quand tu n’as absolument pas d’autre choix ? OK, le chef d’équipe des glaces pouvait parler un peu anglais. C’est justement à lui que M. Sakata s’est adressé pour me dire sous les cerisiers en fleurs, à l’occasion du barbecue de l’entreprise, qu’il voulait me parler. C’est ainsi que cette love story a commencé. Encore une fois, sans anglais. Rien de tel que de tomber amoureuse dans un pays dont tu souhaites apprendre la langue ! Je ne peux que le recommander. 🙂

Depuis, je me suis rendue de nombreuses fois au Japon pour apprécier sa gastronomie incroyable, ses habitants adorables, ses paysages magnifiques et sa riche culture. Dois-je préciser que si tu veux apprendre le japonais au Japon, Boa Lingua est le MUST ? 🙂

Le grand classique : Kyoto. La ville compte tant de magnifiques sanctuaires et temples que tu dois y passer au moins une semaine pour t’émerveiller devant un lieu différent chaque jour. Le Kiyomizu-dera est pour moi incontournable, tout comme la forêt de bambous d’Arashiyama ainsi que les innombrables torii de Fushimi Inari-taisha. Une visite s’impose aussi au Temple du Pavillon d’or, même si tu l’as déjà vu en photo de nombreuses fois. Quoi d’autre ? La grande statue de Bouddha à Nara ! Il existe également un trou dans l’une des énormes colonnes de bois qui soutiennent le bâtiment. On dit qu’il serait de la même taille que la narine du Bouddha. Si tu parviens à te faufiler à travers, tu auras sept ans de chance. Par contre, si tu restes coincé(e)… alors c’est que tu n’es qu’un menteur ou une menteuse ! J’ai réussi à m’y faufiler de justesse et j’ai pu profiter joyeusement de mes sept ans de bonheur. Nara est un peu comme le parc animalier de Goldau avec ses chevreuils sauvages à moitié domestiqués qui veulent te voler ton pique-nique. Ils sont même un peu agressifs. 🙂 Alors, fais attention à ton sandwich si tu y tiens ! Au fait, la gare de Kyoto est une aventure à elle seule. Des escaliers roulants abrupts s’élancent haut dans le ciel et une fois tout en haut, tu as une superbe vue sur la ville ! C’est aussi un vrai plaisir de faire du shopping. Je recommande la ligne Hankyu (l’une des trois compagnies ferroviaires à Kyoto) jusqu’à Kawaramachi. C’est celle des ours. Pense au poids maximal de ta valise, même si tu veux forcément TOUT acheter !

Sanctuaire Shinto : Fushimi Inari-taisha à Kyoto
Sanctuaire Shinto : Fushimi Inari-taisha à Kyoto

À Tokyo, tout est dingue de toute façon, tu y passeras des moments inoubliables. Si tu souhaites fuir la jungle urbaine, tu peux aller soit au Shinjuku Gyoen, un parc gigantesque juste à côté de la gare de Shinjuku, soit à Odaiba avec le métro automatique. Odaiba est une île artificielle située dans la baie de Tokyo, où tu as l’impression d’avoir atterri dans le futur. Les bâtiments sont tout simplement incroyables. L’île comporte une grande roue ainsi qu’une plage de sable où les garçons vont même parfois surfer ! Comme décoration, il existe aussi une petite réplique de la Statue de la Liberté (ne me demandez pas pourquoi). 🙂 C’est juste derrière que se trouvent les locaux de Fuji Television ; tu dois absolument monter dans la boule qui surplombe le bâtiment ! Tu y trouveras une longue-vue pour admirer le panorama. Et à nouveau des escaliers roulants sans fin et très élégants. Se relaxer à la plage tout en étant à Tokyo, pas mal, non ?

Miyajima
Miyajima

Voilà, la visite de la ville est terminée. Autre incontournable : passer la nuit dans un ryokan, que ce soit à la campagne ou sur une île. Il s’agit d’un hôtel traditionnel où tu dors sur des tatamis et où tu peux te baigner dans une source d’eau chaude. Miyajima, connu pour son immense porte dans la mer, est la destination la plus célèbre. J’ai absolument voulu m’y rendre l’an dernier et j’ai été ravie de ma visite ! La différence entre la marée basse et la marée haute et la rapidité à laquelle l’eau va et vient sont vraiment impressionnantes ! Il vaut mieux avoir des bottes en caoutchouc si tu souhaites te promener autour de la porte à marée basse. Nous aurions dû y penser avant de nous mouiller les pieds. Mais il n’y a pas que Miyajima. Il existe des douzaines d’îles avec des ryokans près de la côte d’Hiroshima. Tu y découvriras forcément ta nouvelle île préférée ! Tu savoureras le contraste avec Tokyo lorsque tu te retrouveras en pleine nature, loin de tout.

Et puis au sud, et au nord, et et et… la longueur du Japon est de 3000 kilomètres. Et ce, sans compter Okinawa ni toutes les petites îles réparties plus au sud. Tu as donc besoin soit d’un an devant toi, soit de faire des choix !

Ce que je peux te recommander chaleureusement, c’est d’apprendre le japonais, quelle que soit la durée de ton séjour au Japon. Que tu ne connaisses que quelques phrases ou 500 mots, tu gagneras des points dans les restaurants rien qu’en prononçant « oishii » (délicieux) ! Plus tu pourras parler, plus ton voyage sera amusant, plein de contacts et détendu. Et le japonais est très facile ! Pas d’article, pas de conjugaison, pas de singulier/pluriel… Un rêve grammatical !

Bien sûr, le plus simple est d’apprendre la langue sur place, car personne autour de toi ne parle anglais. Le mieux est de séjourner en famille d’accueil ! Naturellement, tu ne dois pas forcément tomber amoureux/amoureuse pour apprendre plus vite le japonais, mais ça reste une bonne astuce :-). Boa Lingua te propose tout cela ! Alors vas-y, qu’est-ce que tu attends ? Que tu choisisses un séjour linguistique de japonais de quelques semaines ou plusieurs mois, dans tous les cas tu rentreras chez toi absolument ravi(e) et avec une seule envie : celle de repartir !

Et maintenant c’est ton tour ?
Si tu as envie de faire toi aussi un séjour linguistique, demande des conseils gratuits. Nos experts en séjours linguistiques déterminent la destination et l’école idéales pour toi.

Check Also

Mont Fuji

Mélanie à Tokyo

J’ai passé un séjour linguistique de deux semaines au Japon, à Tokyo. Deux semaines, un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*